Des Nouvelles

Un musulman britannique sur cinq soutient-il vraiment l'État islamique ?

Le sondage du Sun suscite un nombre sans précédent de plaintes, au milieu des critiques sur la méthodologie

Couverture Les Musulmans du Soleil

Le Sun a affirmé que près d'un musulman britannique sur cinq avait « une certaine sympathie » pour ceux qui ont fui le Royaume-Uni pour se battre pour l'État islamique en Syrie. L'affirmation, faite à la une du journal hier, a suscité une colère généralisée et alimenté les allégations selon lesquelles le tabloïd aurait attisé un sentiment anti-islamique qui pourrait mettre en danger le bien-être des musulmans ordinaires. L'Independent Press Standards Organization (Ipso) a enregistré 450 plaintes concernant la première page, le plus grand nombre depuis la création du chien de garde l'année dernière, et plus de 15 000 personnes ont signé une pétition demandant au Sun de retirer l'article et de s'excuser.

Comment s'est déroulé le sondage ?

Survation a interrogé 1 000 personnes la semaine dernière après avoir appelé des personnes avec des 'noms de famille musulmans' et vérifié leur religion, selon Le gardien , une méthode qui « selon les sociétés de sondage rivales n'équivalait pas nécessairement à un échantillon représentatif de la population musulmane britannique ». Les sondeurs habituels du journal, YouGov, ont refusé de faire le sondage parce qu'il n'était pas convaincu qu'il pourrait représenter avec précision la population musulmane britannique dans les délais et le budget fixés par le journal. Il n'y avait pas non plus de comparaison avec les non-musulmans - en mars de cette année, Survation a constaté que 13% des non-musulmans exprimaient au moins une certaine sympathie pour les jeunes musulmans combattant en Syrie, suggérant, selon ses termes, que « les attitudes des musulmans et les populations non musulmanes ne sont pas si différentes ».

Comment le chiffre a-t-il été atteint ?

Par l'addition de deux séries de résultats. Cinq pour cent des personnes interrogées étaient d'accord avec l'affirmation « J'ai beaucoup de sympathie pour les jeunes musulmans qui quittent le Royaume-Uni pour rejoindre les combattants en Syrie ». 14,5 pour cent supplémentaires ont déclaré avoir « une certaine sympathie » pour eux. Le Soleil les a ajoutés pour atteindre 19,5%, qu'ils ont arrondis à 20%. À l'inverse, 71,5% ont déclaré qu'ils n'avaient aucune sympathie pour les jeunes musulmans qui quittent le Royaume-Uni pour rejoindre les combattants en Syrie.



Était-ce une bonne question ?

Comme L'indépendant fait remarquer, la question ne mentionne pas en fait l'État islamique ou les djihadistes. « Combattants en Syrie » pourrait faire référence aux YPG kurdes luttant contre l'EI, qui a figuré dans un certain nombre de reportages positifs tels que celui-ci par Channel 4 News :[[{'type':'media','view_mode':' content_original','fid':'87261','attributes':{'class':'media-image'}}]]

Certains ont également suggéré que l'utilisation du mot « sympathie » est problématique. 'On peut avoir de la sympathie pour une position mais ne pas être d'accord avec elle', dit le Guardian.

Quelles sont les conséquences?

Le résultat « échouerait à l'examen par les pairs le plus simple », disent les statisticiens. Pour certains commentateurs, le sondage était destiné à fournir un titre accrocheur et stimulant plutôt qu'une analyse solide, mais d'autres ont déclaré qu'il s'agissait d'une affirmation irresponsable à faire à la légère à un moment où les musulmans britanniques se sentent vulnérables. The Independent a rapporté que les musulmans en Grande-Bretagne ont subi plus de 100 attaques raciales - un pic de 300 pour cent - depuis le atrocités terroristes à Paris .