Ryder Cup

Ryder Cup 2014 : comment les équipes s'alignent, joueur par joueur

Team Europe est le favori à Gleneagles – mais sous Tom Watson, les États-Unis ne peuvent pas être écartés

Ian Poulter et le compatriote Justin Rose

Eh bien, Team Europe est le grand favori et ce serait une surprise s'ils ne conservent pas le trophée qu'ils détenaient avec un style aussi dramatique à Medinah il y a deux ans. Le golf européen est sur une lancée - les trois derniers Majeurs ayant été remportés par des Européens - et quatre Européens sont actuellement dans le top six mondial.

Mais ce serait folie d'annuler les chances des États-Unis. Le fait même qu'ils soient les outsiders réduira la pression sur les joueurs américains.

Et bien que l'équipe américaine soit sans deux étoiles - Tiger Woods et Dustin Johnson, ce dernier invaincu à Medinah - elle comprend des joueurs qui ont très bien performé dans les Majors cette année, comme Rickie Fowler, qui a terminé dans le top cinq au total. quatre Majors en 2014, et Bubba Watson, le vainqueur des US Masters.



Ensuite, il y a l'expérience de leur capitaine Tom Watson, qui était aux commandes la dernière fois que les États-Unis ont remporté la Ryder Cup sur le sol européen en 1983.

Les conditions météorologiques pourraient être déterminantes. Si un temps pluvieux et venteux arrive, cela devrait aider les Européens.

Et tandis que certains pensent que l'Europe gagnera confortablement, il convient de garder à l'esprit que les Ryder Cups ont tendance à se jouer sur le fil. Au cours des 12 derniers tournois, un seul point ou moins a séparé les équipes à sept reprises.

Regardons les équipes, en gros plan et par ordre alphabétique :

ÉQUIPE EUROPE

Thomas Bjorn :Le Danois dispute sa troisième Ryder Cup, mais sa première depuis 2002. Il a connu une renaissance au cours de la dernière année et, si c'est encore serré dimanche, Bjorn devrait être l'un sur qui compter pendant au moins un demi-siècle. point - il est invaincu lors de ses deux précédents matchs en simple RC.

Jamie Donaldson : Le Gallois de 38 ans fait ses débuts en Ryder Cup après avoir scellé sa sélection automatique avec une victoire au Czech Masters. Sa chance à la Ryder Cup est arrivée tardivement dans sa carrière, mais il est en pleine forme et son expérience signifie qu'il ne devrait pas être intimidé.

Victor Dubuisson: Autre débutant à la Ryder Cup, le Français de 24 ans a connu une excellente année 2014 et s'est classé parmi les dix premiers lors des deux derniers Majeurs. Il a un bon tempérament et devrait bien performer.

Stephen Gallacher : Troisième débutant dans l'équipe d'Europe et l'un des trois wild card du capitaine Paul McGinley (les autres sont Poulter et Westwood), le joueur de 29 ans était en bonne forme ces derniers temps. Il est le seul Écossais à jouer dans le tournoi de cette année et bien que l'on puisse affirmer que cela ne fera qu'ajouter à la pression sur lui, il a un record impressionnant à Gleneagles, ayant enregistré sept top dix ici.

Sergio Garcia : L'Espagnol n'a toujours pas remporté de Major, mais il était dans une forme formidable en 2014, poussant Rory McIlroy près de lui lorsqu'il a terminé deuxième du British Open cet été. Sa forme à la Ryder Cup (il a joué dans six d'entre elles et a remporté 16 des 28 matches) est un atout majeur pour l'Europe.

Martin Kaymer : L'Allemand cool comme un concombre a réussi le putt de 6 pieds qui a scellé la victoire spectaculaire de l'Europe à Medinah il y a deux ans et il est un joueur clé pour l'équipe locale. Il a connu une excellente première moitié de 2014, remportant le championnat des joueurs en mai, puis détruisant le terrain à l'US Open.

Graeme McDowell : L'Ulsterman dispute sa quatrième Ryder Cup consécutive et il s'est avéré un solide joueur pour l'équipe d'Europe, ayant remporté cinq et divisé par deux deux de ses douze matches. Il dit qu'il ne veut pas jouer à quatre balles avec son compatriote star d'Irlande du Nord Rory McIlroy, mais comme Le gardien rapports, ils sont susceptibles de conserver leur partenariat de quatuor.

Paul McGinley (capitaine non-joueur) : L'Irlandais a joué pour l'Europe à trois reprises lors de la Ryder Cup, et trois fois l'Europe a gagné – et, qui plus est, en 2002, c'est lui qui a réussi le putt gagnant. A son honneur, il a déclaré qu'il ne fallait pas sous-estimer les Etats-Unis : avec McGinley à la barre, il ne devrait y avoir aucun danger d'excès de confiance dans le camp européen.

Rory McIlroy : Il vient ici en superbe forme après avoir remporté les deux derniers Majeurs et quatre tournois au cours des cinq derniers mois. Mais le numéro un mondial peut-il continuer à opérer la magie à Gleneagles en match play ? Il n'y a aucune raison pour qu'il ne le fasse pas et il a montré ces derniers mois qu'il est doué pour gérer la pression.

Ian Poulter : Son jeu atteint simplement un niveau supérieur lorsqu'il participe à la Ryder Cup. Il a remporté 12 de ses 15 matchs au total dans le tournoi - et son record en simple est un impeccable quatre joué, remporté quatre. L'homme qu'aucun Américain ne voudra affronter dimanche.

Justin Rose : Un autre Européen avec un excellent record à la Ryder Cup - il a remporté six des neuf matches qu'il a disputés et est deux sur deux en simple. Le vainqueur du Scottish Open de cette année - et l'actuel numéro six mondial - est un autre as dans le peloton européen.

Henrik Stenson : Le Suédois dispute sa troisième Ryder Cup, mais sa première depuis 2008. Bien qu'il ait perdu le putt gagnant en 2006, son bilan global dans la compétition n'est pas excellent, avec seulement deux victoires en sept matches. Mais avec quatre classements parmi les quatre premiers lors des six derniers Majeurs, il devrait faire mieux cette fois.

Lee Westwood : Jouant à sa neuvième Ryder Cup, et avec son expérience et son solide bilan dans l'événement (il en a remporté 18 et réduit de moitié six de ses 37 matchs), il n'était pas surprenant que « Westy » soit l'un des trois choix joker du capitaine McGinley.

ÉQUIPE ÉTATS-UNIS

Keegan Bradley : Le joueur de 28 ans s'est très bien comporté en 2012 - sa seule Ryder Cup précédente - en remportant trois de ses quatre matches et en ne perdant que contre Rory McIlroy en simple. Pas difficile de voir pourquoi il est l'un des trois choix de joker du capitaine Tom Watson.

Rickie Fowler : Il a été en grande forme dans les Majors cette année, même s'il n'a pas remporté de match lors de sa seule Ryder Cup précédente en 2010. Cependant, il a terminé troisième du WGC-Accenture Match Play plus tôt cette année et les Américains seront misant sur lui pour ramasser des points.

Jim Furyk : Le vétéran a été formidable depuis les Majors cette année, affichant des classements parmi les cinq premiers au British Open et à l'USPGA – une course qui l'a vu se hisser au quatrième rang du classement mondial. Il s'agira de sa neuvième participation consécutive à la Ryder Cup, mais son record de 37% du total des points gagnés est décevant compte tenu de son talent et il a perdu contre Sergio Garcia lors du dernier simple à Medinah en 2012, ratant un putt de 6 pieds.

Zach Johnson : Le joueur de 38 ans dispute sa quatrième Ryder Cup. Il a un assez bon bilan dans l'événement, ayant remporté six de ses 11 matchs précédents, et il a bien gardé son sang-froid pour battre Graeme McDowell en simple à Medinah. Probablement de prouver à nouveau un adversaire coriace.

Matt Kuchar : 'Kuch' a disputé les deux dernières Ryder Cups, récoltant quatre points en sept matches. Il n'est peut-être pas l'homme sur qui compter lors des simples de la dernière journée - il a perdu contre Ian Poulter cinq et quatre en 2010 et contre Lee Westwood trois et deux à Medinah il y a deux ans.

Chasseur Mahan : Il a disputé deux Ryder Cups précédentes, mais a mieux réussi en quatre balles et en quatuor qu'en simple, où il a perdu et divisé par deux ses deux matchs. Un choix joker par le capitaine Tom Watson.

Phil Mickelson : « Leftie » joue dans son dixième record consécutif à la Ryder Cup, mais ses statistiques dans l'événement ne sont vraiment pas à redire : en simple, en quatuor et en quatre balles, il a perdu plus de matchs qu'il n'en a gagné. Inquiétant pour les États-Unis, il a également perdu cinq de ses six derniers matchs en simple de la dernière journée.

Patrick Reed : Le Texan de 24 ans fait ses débuts en Ryder Cup. Il a remporté deux tournois PGA cette année - ce qui l'a aidé à se qualifier automatiquement pour cela - mais n'a terminé à égalité que 17e de son précédent tournoi en match play et son manque d'expérience pouvait compter contre lui.

Webb Simpson : Le joueur de 29 ans, un joker de Tom Watson, en a remporté deux et en a perdu deux lors de sa seule précédente Ryder Cup à Medinah en 2012. Ces deux victoires étaient en quatre balles avec Bubba Watson, et sans aucun doute le capitaine Tom Watson. essaiera de reconstituer le duo à Gleneagles.

Jordan Spieth : Le joueur de 21 ans est une autre recrue de la Ryder Cup. Il a terminé à égalité au deuxième rang des US Masters cette année, mais c'est un autre dont le manque relatif d'expérience en match play pourrait jouer contre lui.

Jimmy Walker : Le joueur de 35 ans a connu une belle année sur le circuit PGA, remportant trois tournois, mais il est sur un nouveau terrain ici - c'est sa première Ryder Cup.

Bubba Watson : Il dispute sa troisième Ryder Cup après sa deuxième victoire aux US Masters en trois ans qui l'a propulsé au sommet du classement des points. Il a un record de 50 pour cent de points gagnés en RC, mais il a perdu en simple en 2010 et 2012.

Tom Watson (capitaine non joueur) : une légende du golf qui a un excellent record à la Ryder Cup en tant que joueur et capitaine. Il aime aussi ça en Écosse : quatre de ses cinq victoires au British Open sont venues ici et en 2009, il a failli remporter un sixième Open à Turnberry à l'âge de 59 ans. Aujourd'hui âgé de 65 ans, il est le plus vieux capitaine de la Ryder Cup de tous les temps, mais son une grande expérience ne peut être qu'un plus.