Des Nouvelles

Que faire des enfants des djihadistes d'Isis ?

La Belgique accepte d'accueillir les orphelins nés de ses citoyens en Syrie

Shamima Bégum

Twitter

La Belgique a accepté d'accueillir six enfants orphelins dont les parents étaient membres de l'État islamique, selon la milice qui détient des milliers d'anciens combattants djihadistes et leurs familles en Syrie.

le Poste de Jérusalem rapporte que les enfants sont nés de citoyens belges qui ont rejoint Isis et ont ensuite été tués au combat, bien que cela n'ait pas été confirmé.



L'attaché de presse des Forces démocratiques syriennes (FDS) Mustafa Bali annoncé sur Twitter jeudi que l'alliance des milices soutenue par les États-Unis avait remis les enfants. Il a ajouté : Heureux de voir que davantage de pays assument la responsabilité de leurs citoyens, mais cela doit être étendu aux hommes [et] aux femmes dans nos camps et prisons, pas seulement aux enfants.

Les FDS, qui contrôlent la partie de la Syrie à l'est de l'Euphrate, ont prévenu qu'ils ne pourront pas détenir indéfiniment leurs milliers de prisonniers, Reuters dit. Un grand nombre de personnes détenues dans des camps de déplacés sont des étrangers et beaucoup sont des partisans impénitents du jihad violent, ajoute l'agence de presse.

Le lundi, Le gardien a rapporté que 12 orphelins de combattants français d'Isis avaient été rapatriés par avion et rapatriés avec deux enfants néerlandais, qui devaient être renvoyés aux Pays-Bas par le gouvernement français. Les 14 enfants ont été renvoyés par les autorités kurdes syriennes.

Le mois dernier, des groupes de défense des droits humains ont averti qu'au moins 45 000 enfants nés sous le califat de l'EI pourraient bientôt devenir apatrides, le Conseil norvégien pour les réfugiés les qualifiant de possible bombe à retardement humaine.

La question de savoir que faire des enfants des djihadistes britanniques a été largement débattue au Royaume-Uni après la mort de la fiancée d'Isis Shamima Bégum fils de trois semaines dans un camp de réfugiés syriens plus tôt cette année.

La jeune femme de 19 ans, qui a fui en Syrie pour rejoindre Isis en 2015, avait demandé à être autorisée à retourner au Royaume-Uni avec son fils, ayant déjà perdu deux enfants. Mais le ministre de l'Intérieur Sajid Javid a révoqué sa citoyenneté britannique – une décision controversée qui a déclenché un débat au Royaume-Uni.

En ce que Le gardien décrit comme un changement de politique apparent après la mort du troisième enfant de Begum, Hunt a déclaré à la BBC en mars : Nous avons examiné comment nous pouvons entrer en contact avec ces enfants, comment nous pouvons trouver un moyen de les faire sortir.

Hunt a déclaré qu'il serait incroyablement difficile d'organiser le retour d'un enfant britannique de Syrie, mais a ajouté que si un enfant pouvait être amené quelque part avec une présence consulaire britannique, comme la Turquie ou l'Irak, il pourrait être possible de fournir de l'aide.

Mais le BBC a rapporté en avril qu'il n'y avait toujours pas de plan de rapatriement des femmes et des enfants, dont beaucoup de maris ont été tués ou déchus de leur citoyenneté britannique.