Entreprise

National Grid : les Tories vont-ils nationaliser le gestionnaire du système énergétique ?

Les ministres envisagent une série d'options, y compris une entreprise publique indépendante

WINSCOMBE, ROYAUME-UNI - 06 NOVEMBRE : Le soleil passe derrière un pylône électrique situé à côté de l

2012 Getty Images

Alors que l'inquiétude grandit concernant la sécurité énergétique du Royaume-Uni, il est apparu que le gouvernement envisageait de retirer à National Grid un rôle clé d'opérateur de système et de le confier à un organisme public.

Cela ressemble un peu à une nationalisation ?



C'est vrai, n'est-ce pas ? Mais ce n'est pas si simple.

National Grid est une société privée issue de la scission du Central Electricity Generating Board en 1990 et a été entièrement privatisée avec les sociétés d'électricité régionales qui en sont devenues propriétaires les années suivantes. Elle est cotée à la Bourse de Londres en 1995. La société est à la fois l'opérateur du système et du réseau du réseau électrique du Royaume-Uni.

Ce qui est proposé, c'est qu'une entreprise publique à but non lucratif assume le rôle d'« opérateur de système ». Il 'gérerait l'approvisionnement en électricité du pays, éteindrait les usines et demanderait une génération de secours d'urgence' pour éviter les pannes d'électricité, dit Les temps .

Alors National Grid resterait privé ?

Oui, mais il sera privé de pouvoirs clés pour superviser un réseau dont il tire de gros profits. Ce n'est pas une mauvaise chose, disent ses détracteurs, et c'est, en fait, la principale raison pour laquelle les réformes sont envisagées.

National Grid aurait des conflits d'intérêts majeurs. En particulier, dit Le gardien , il « possède de nombreuses lignes de transport d'électricité et pipelines du pays… [et] a un intérêt financier à fournir des volumes d'électricité toujours plus importants plutôt que d'encourager la réduction de la demande, ce qui est un autre moyen de prévenir les pénuries d'électricité et de garder les lumières allumées ».

Le Times cite également ses énormes investissements dans les nouveaux câbles qui quadrupleront la capacité d'importation d'électricité du Royaume-Uni à un moment où « pratiquement aucune nouvelle centrale électrique n'est en cours de construction » dans le pays.

Comment fonctionnerait un nouveau régime de surveillance?

Il existe quelques options, de l'avis de tous, mais celle vers laquelle les ministres sont censés « se pencher » est un modèle similaire à celui utilisé pour Network Rail : la société serait indépendante du gouvernement mais détenue par l'État et supervisée à bout de bras par Ofgem , le régulateur de l'industrie.

«Cette option maximise l'indépendance du gestionnaire de système à la fois vis-à-vis des acteurs du marché et du gouvernement. C'est l'approche adoptée par la majorité des [autres pays] et il a été démontré qu'elle fonctionne bien», indique un rapport décrivant les propositions.

Qu'en pense National Grid ?

Eh bien, il est compréhensible qu'il n'aime pas les plans et rejette toute notion de conflit d'intérêts.

'Nous prenons très au sérieux la nécessité de garantir que tout conflit d'intérêts potentiel est correctement géré et avons beaucoup d'expérience dans un environnement où cela est un élément clé de ce que nous faisons', a-t-il déclaré. « Nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement et les régulateurs pour gérer de manière proactive les conflits potentiels à mesure que notre rôle se développe. »

Le ministère de l'Énergie et du Changement climatique a déclaré qu'il étudiait diverses options pour changer le fonctionnement du système. 'Il existe de solides arguments en faveur d'une plus grande indépendance du gestionnaire de réseau afin de promouvoir une plus grande concurrence dans notre système électrique', a-t-il ajouté.

National Grid annonce une vente de gaz de 10 milliards de livres sterling

09 novembre

National Grid pourrait être sur le point d'achever la cession de ses actifs de distribution de gaz, dans le cadre d'un accord qui pourrait rapporter jusqu'à 10 milliards de livres sterling.

le Horaires du dimanche a déclaré que la société, qui gère la majeure partie du réseau électrique britannique, envisage de vendre des entreprises de gaz qui desservent près de 11 millions de personnes dans le nord de Londres, les Midlands et le nord-ouest et l'est de l'Angleterre. L'examen a été motivé par « la demande galopante d'actifs d'infrastructure de la part des investisseurs étrangers », mais n'a pas encore progressé vers la nomination de conseillers.

National Grid a acquis la majeure partie du réseau de distribution de gaz du Royaume-Uni en 2002 lorsqu'il a racheté Lattice Group, propriétaire de l'ancien monopole du gaz Transco. En 2004, il a vendu la moitié des actifs, couvrant des clients en Écosse, dans le sud de l'Angleterre et au Pays de Galles, pour 5,8 milliards de livres sterling. Les acheteurs comprenaient le magnat de Hong Kong Li Ka-shing, l'australien Macquarie, Scottish & Southern Energy et United Utilities.

Selon le journal, National Grid pourrait utiliser une partie du produit de la vente pour moderniser le réseau électrique, qui est soumis à une pression intense alors que les problèmes de capacité commencent à se faire sentir. Le Royaume-Uni est fermeture d'anciennes centrales à charbon pour atteindre les objectifs de réduction de carbone et fait face retarde la mise en service de nouvelles centrales nucléaires , ce qui pourrait laisser le réseau court en cas d'hiver froid.

le Temps Financier rapporte qu'une véritable urgence a été évitée la semaine dernière lorsque le réseau a demandé aux utilisateurs industriels de réduire leur utilisation après une panne inattendue.

Une solution à la pénurie de capacité pourrait être d'étendre les mesures du côté de la demande utilisées par le réseau — « ou, pour faire simple, de mieux gérer l'utilisation de l'énergie ». Simon Virley, président britannique de l'énergie chez KPMG, a déclaré au FT: 'Nous devons trouver des moyens de gérer la demande plus activement et éviter que les centrales électriques ne soient payées uniquement pour faire face au pic de l'heure du thé'.