Des Nouvelles

National Geographic avoue être 'raciste'

La représentation d'Américains non blancs comme exotiques ou sauvages propage 'tous les types de clichés', selon l'éditeur

National Geographic est traduit en 40 langues et certaines de ses couvertures sont devenues emblématiques

John Moore/Getty Images

Le magazine National Geographic a admis que sa couverture passée de personnes dans le monde était raciste.

Dans un éditorial intitulé Pendant des décennies, notre couverture était raciste , la rédactrice en chef Susan Goldberg a déclaré que la publication américaine avait dans le passé ignoré les Américains non blancs et décrit différents groupes comme exotiques ou sauvages, propageant tous les types de clichés.



Elle a dit qu'il était temps de s'approprier l'histoire pour aller au-delà, ajoutant : Affrontons l'utilisation honteuse du racisme d'aujourd'hui comme stratégie politique et prouvons que nous sommes meilleurs que cela.

La prochaine édition du magazine, qui a été publiée pour la première fois en 1888, se concentre sur la question de la race et demande aux historiens de revenir sur les numéros précédents.

Analysant sa couverture au fil des ans, le professeur agrégé de l'Université de Virginie, John Edwin Mason, a déclaré que National Geographic avait servi à renforcer les attitudes racistes et que jusqu'aux années 1970, le magazine n'avait montré que des Américains non blancs comme ouvriers ou employés de maison.

le maçon mentionné que tandis que le monde occidental était dépeint comme dynamique et rationnel, le monde noir et marron était [montré comme] primitif et arriéré et généralement immuable.

Malgré cela, il a reconnu la contribution du magazine au fil des ans en montrant à ses lecteurs le monde entier, en déclarant : il est possible de dire qu'un magazine peut ouvrir les yeux des gens en même temps qu'il les ferme.