Des Nouvelles

Combien de temps les enfants devraient-ils passer sur les réseaux sociaux ?

Des lignes directrices sur les délais de sécurité doivent être élaborées pour contrer les inquiétudes concernant l'impact sur la santé mentale

wd-social_media_app_-_oli_scarffafpgetty_images.jpg

Oli Écharpe/Getty Images

Les professionnels de la santé ont reçu l'ordre d'élaborer des recommandations sur la durée pendant laquelle les enfants et les jeunes devraient passer sur les réseaux sociaux, dans le but de contrer les inquiétudes croissantes concernant l'impact de l'utilisation de ces services sur la santé mentale.

Dans une interview avec L'observateur avant la conférence du parti conservateur, le secrétaire à la Santé, Matt Hancock, a révélé qu'il avait demandé à Sally Davies, médecin-chef du Royaume-Uni, de commencer à préparer des directives officielles sur les délais de sécurité qui fonctionneraient de la même manière que les limites d'alcool sûres.



Le père de trois enfants a dit qu'il avait été motivé par la preuves croissantes des effets néfastes des applications de médias sociaux sur la santé des jeunes.

La semaine dernière, une étude publiée dans The Lancet Santé de l'enfant et de l'adolescent journal, a trouvé des niveaux de cognition plus élevés chez les enfants dont le temps de loisir devant un écran était inférieur à deux heures par jour.

Une étude américaine distincte portant sur des personnes âgées de 18 à 24 ans a révélé l'année dernière que 41 % des utilisateurs de médias sociaux pensaient que cela les rendait tristes, anxieux ou déprimés.

Dans les cercles universitaires, le débat se poursuit pour savoir si les médias sociaux ont plus d'effets négatifs que positifs, Le gardien dit. Un rapport de l'année dernière de l'Education Policy Institute a révélé que si 12% des enfants qui ne passaient pas de temps sur les réseaux sociaux présentaient des symptômes de mauvaise santé mentale, ce chiffre passait à 27% pour ceux qui passaient plus de trois heures par jour en ligne.

Le problème est particulièrement aigu chez les jeunes, les enfants britanniques entre 5 et 15 ans passant en moyenne 15 heures par semaine en ligne et la moitié des enfants de 12 ans maintenant un profil sur les réseaux sociaux, selon l'Ofcom.

Hancock, qui est devenu l'année dernière le premier député à lancer sa propre application de circonscription, a déclaré qu'il espérait que les nouvelles directives deviendraient la norme dans la société et pourraient permettre aux parents et aux enseignants de faire respecter des délais raisonnables et de les expliquer aux enfants.

Certaines plateformes, dont Facebook et Instagram, ont décidé d'atténuer les craintes de dépendance en introduisant des outils de bien-être qui permettent aux utilisateurs de surveiller et de restreindre leur temps sur la plateforme. Cependant, le secrétaire à la Santé a déclaré que beaucoup ne faisaient toujours pas assez pour faire respecter leurs règles sur les limites d'âge et il a demandé à Davies de proposer également des orientations sur les âges minimums pour les utilisateurs de différents sites.

Afin d'encourager le public à moins utiliser les médias sociaux, diverses campagnes publiques telles que Scroll Free September ont également été lancées.

L'initiative de la Royal Society for Public Health (RSPH) a demandé aux gens de cesser d'utiliser des plateformes telles que Facebook, Instagram, Twitter et Snapchat en septembre, ou de réduire le temps qu'ils y consacrent.

Près des deux tiers des utilisateurs interrogés lors d'une enquête de juillet ont envisagé de participer à l'initiative et beaucoup pensaient que l'abandon des médias sociaux aurait un impact positif sur leur vie, a constaté la RSPH.

Certains militants, cependant, ont critiqué la précipitation à blâmer les médias sociaux uniquement pour l'augmentation des problèmes de santé mentale chez les jeunes.

Sarah Hughes, directrice générale du Centre de santé mentale mentionné : Blâmer les médias sociaux pour les problèmes de santé mentale avec de nombreuses causes complexes aliène simplement les jeunes dont la vie est débattue et les sociétés de médias sociaux qui pourraient faire plus pour aider les jeunes à s'épanouir.

La militante et chroniqueuse du TES Natasha Devon, quant à elle, a accusé les décideurs politiques d'utiliser les médias sociaux comme épouvantails fourre-tout et a déclaré que les mesures d'austérité et les changements apportés au système éducatif affectaient également la santé mentale des enfants.