Des Nouvelles

Bousculade à la Mecque : un examen de la sécurité a été ordonné après la mort de 717 personnes

Les survivants ont laissé 'pleurer de manière inconsolable' dans la chaleur après une bousculade mortelle lors du pèlerinage annuel du Hajj

Pèlerins en route pour le

Mohammed Al-Shaikh/AFP/Getty Images

La mort de 717 personnes dans une bousculade près de la ville sainte de La Mecque en Arabie saoudite a incité un examen de la sécurité du pèlerinage annuel du Hajj.

La bousculade, au cours de laquelle 863 personnes supplémentaires ont été blessées, pourrait avoir été causée par deux vagues de pèlerins se réunissant à une intersection à Mina, selon le ministère de l'Intérieur du royaume. Le ministère britannique des Affaires étrangères essaie de toute urgence de savoir si des ressortissants britanniques étaient impliqués.



Les pèlerins participaient à la « lapidation du diable », où ils jetaient des pierres sur trois piliers représentant l'endroit où le diable serait apparu.

Nouvelles arabes a décrit des 'scènes terrifiantes' avec des cadavres 'gisant en tas, leur peau écorchée de leur corps par l'écrasement'. D'autres, décédés par suffocation, ne présentaient aucune blessure visible.

«Les survivants se sont assis en pleurant de manière inconsolable dans la chaleur de 45 degrés, cherchant n'importe quelle ombre qu'ils pouvaient trouver dans le désert de béton et de décombres, complètement traumatisés par ce qu'ils avaient vu. Un vieil homme s'accrochait au corps sans vie d'un parent », a déclaré le journal.

Dans un éditorial, il a noté que le royaume dépense des milliards de riyals pour gérer le Hajj mais que l'incident d'hier 'a souligné la nécessité de redoubler d'efforts pour renforcer les mesures de sécurité'.

Il s'agit du pire incident depuis 1990, lorsqu'une bousculade dans un tunnel piéton menant de La Mecque à Mina avait fait 1 426 morts. Des centaines d'autres sont morts depuis lors après avoir été piétinés à mort.

Ce matin, le roi Salmane d'Arabie saoudite a annoncé l'examen de la sécurité du pèlerinage de cinq jours sur le site le plus saint de l'Islam, qui attire chaque année environ deux millions de personnes de 164 pays.

'Nous avons demandé aux autorités concernées de revoir le plan d'opérations et d'élever le niveau d'organisation et de gestion pour garantir que les invités de Dieu accomplissent leurs rituels dans le confort et la facilité', a-t-il déclaré.

Le dernier écrasement mortel survient moins de quinze jours après que 107 personnes ont été tuées et 200 ont été blessées à la Grande Mosquée de La Mecque lorsqu'une grue s'est effondrée lors d'un orage le 11 septembre. Les autorités saoudiennes ont annoncé que le Hajj annuel aurait lieu malgré l'accident.