Pages De La Première Des Journaux

A la une du jour : potins bruxellois ou défaite humiliante ?

The Week se penche sur les articles qui font la une des journaux nationaux de mardi

Journaux

Les comptes rendus d'initiés d'un dîner apparemment glacial entre Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dominent les premières pages de la matinée. Le Guardian dit que les rapports brossent le tableau d'une rencontre « bâclée et humiliante »…

tandis que le Daily Express dit que le Premier ministre est furieux des détails divulgués, qu'elle a rejetés comme des ' potins de Bruxelles '.



Au milieu des informations faisant état de la détérioration des relations entre Downing Street et Bruxelles, le Daily Telegraph affirme que l'UE est sur le point de bloquer la proposition de May de conclure un accord sur les droits des expatriés.

Il y a plus de complot bruxellois dans le Financial Times, qui dit que le bloc envisage de présenter un ultimatum aux entreprises britanniques engagées dans le commerce lucratif de compensation de l'euro : se soumettre à la réglementation de l'UE ou déménager dans l'UE.

Les ventes abusives généralisées de prêts signifient que l'industrie britannique du financement automobile pourrait se diriger vers sa propre version de la crise des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis, prévient le Times. De nombreux acheteurs se retrouveraient dans l'incapacité de respecter les conditions des accords de financement qu'ils ne comprennent pas, laissant les sociétés de financement luttant pour rester à flot.

Le journal i avertit que le calculateur d'impôts en ligne de HMRC, sur lequel de nombreux contribuables s'appuient pour calculer ce qu'ils doivent, est défectueux et pourrait laisser les utilisateurs payer trop cher.

Une enquête sur les cliniques de FIV mène sur le Daily Mail, qui affirme que les femmes à faible revenu se voient proposer un traitement de fertilité ou de l'argent en échange du don de leurs ovules.

Le Daily Mirror éclabousse d'informations selon lesquelles les centres de villégiature tout compris en Espagne envisagent d'interdire les vacanciers britanniques à la suite d'un flot de fausses allégations d'intoxication alimentaire. Les hôteliers affirment que les escrocs britanniques leur ont coûté 42 millions de livres sterling en indemnités au cours des 18 derniers mois.